Dépôt institutionnel de l'UQO
RECHERCHER

Analyse des caractéristiques, de la gouvernance et de la mise en œuvre des projets de corridors écologiques à Montréal

Téléchargements

Téléchargements par mois depuis la dernière année

Plus de statistiques...

Beaudoin, Alexandre (2019). Analyse des caractéristiques, de la gouvernance et de la mise en œuvre des projets de corridors écologiques à Montréal. Mémoire. Gatineau, Université du Québec en Outaouais, Département des sciences naturelles, 80 p.

[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (746kB) | Prévisualisation

Résumé

En réponse aux impacts engendrés par les changements climatiques sur nos villes, de multiples parties prenantes tentent d’en réduire les conséquences. Pour ce faire, les concepts d’infrastructures naturelles et de services écosystémiques sont souvent mobilisés et peuvent aider à augmenter la résilience des villes. Les corridors écologiques urbains représentent une forme d’infrastructures naturelles qui se concentrent sur le maintien de la connectivité écologique de nos villes. Bien que plusieurs projets de ce type aient été proposés à ce jour, il n’existe que très peu de connaissance sur les éléments favorisant leur mise en oeuvre. Afin d’approfondir ce sujet dans le contexte de Montréal, nous avons opté pour une approche immersive qui consiste à se plonger au coeur du milieu afin de développer une plus grande sensibilité face aux enjeux associés et également favoriser les rencontres avec de nouveaux acteurs. Nous croyons que la contribution scientifique de cette recherche-action permettra d’approfondir la compréhension des différents rôles et des divers éléments constituants ce nouveau mouvement. Cet apport académique permettra, entre autres, de bonifier les politiques publiques, de favoriser l’émancipation des corridors de connectivité en contexte urbain et de mieux comprendre les éléments de gouvernance qui augmentent l’efficience de ces infrastructures naturelles. Afin d’en dresser un portrait, nous nous sommes attardés à l’analyse des discours portés par des acteurs du milieu. Par l’entremise d’entretiens semi-dirigés (25), ainsi qu’une comparaison basée sur la littérature scientifique, nous proposons une méthode d’implantation, proposons une lecture du modèle de gouvernance émergent ainsi que des recommandations quant au réseau d’acteurs à encourager pour en augmenter le nombre, la performance et une meilleure acceptabilité sociale. Les conclusions que nous tirons permettront de conduire à la mise en place d’un cadre suggérant les acteurs-clés à la réalisation de ces projets, ainsi que leur ordre d’inclusion au projet. En plus de contribuer à une adaptation globale des villes aux changements climatiques, nous soulevons les principaux enjeux qui sont intrinsèquement liés à la biodiversité urbaine. À titre d’exemple, la mise en place de corridors de connectivité permettrait la création de nouveaux habitats, la migration d’espèces enclavées, mais aussi apporterait des risques par rapport à l’entrée d’espèces indésirables, ou encore, à l’avènement de conflits entre les usages citadins et la présence de biodiversité (ex. : perte d’un stationnement au profit d’une plantation). Notre analyse nous a permis de faire ressortir certaines opportunités, telles un appui et une forte compréhension de la société civile, l’accès à du financement important pour l’adaptation des villes aux changements globaux ou encore la présence et la contribution du milieu universitaire à la mise en place des corridors écologiques urbains. D’importants obstacles guettent également la communauté d’acteurs. Pensons à la précarité des emplois qui y sont rattachés, un manque d’outils facilitant la compréhension des élus ou encore l’absence d’un acteur intermédiaire, appelé acteur pivot, favorisant une plus grande communication, une meilleure compréhension ou le partage de ressources. Nous notons également une participation encore trop maigre du milieu des affaires. Tout ceci pourrait nuire à leur implantation. L’absence d’une vision commune, voire même de l’utilisation d’une définition commune, entre les parties prenantes et d’indicateurs clairs permettant d’évaluer le succès des corridors écologiques urbains constitue d’autres menaces évidentes s’ajoutant à ce portrait. Or, nous constatons que les porteurs de projet semblent les implanter sans réels critères consensuels quant aux outils à privilégier pour le choix des emprises, ni même par rapport aux objectifs à atteindre afin de considérer un projet comme réussi (ex. : biodiversité, société, économie). La reconnaissance d’un acteur-pivot par le milieu pourrait, entre autres choses, favoriser l’identification des indicateurs de performance actuellement déficients et l’émancipation d’un standard, un élément majeur qui ressort de notre analyse. À la lumière de ces quelques constats, nous parvenons tout de même à faire ressortir les avantages associés à la mise en place de corridors écologiques. Par exemple, l’ampleur des projets permet d’y intégrer de nombreux enjeux contemporains qui vont au-delà de la préservation de la biodiversité urbaine (gestion des eaux pluviales, identification de zones non conventionnelles de plantations, contribution à l’identité d’un lieu, plus grande mobilisation citoyenne, etc.). Cependant, bien que le momentum actuellement rencontré, considéré comme une opportunité, en stimulera la création, le milieu n’a pas droit à l’erreur, puisque les projets en cours deviendront les modèles à suivre ou à éviter ultérieurement. Comme nous avons pu le constater par le passé, un échec majeur pourrait en empêcher tout développement subséquent, ce qui mettrait fin à l’établissement de ce type d’infrastructure naturelle en émergence.

Type de document: Thèse (Mémoire)
Directeur de mémoire/thèse: Dupras, Jérôme
Co-directeurs de mémoire/thèse: Messier, Christian
Départements et école, unités de recherche et services: Sciences naturelles
Date de dépôt: 04 nov. 2019 20:36
Dernière modification: 04 nov. 2019 20:36
URI: http://di.uqo.ca/id/eprint/1108

Actions (Identification requise)

Dernière vérification avant le dépôt Dernière vérification avant le dépôt