Dépôt institutionnel de l'UQO
RECHERCHER

Les différents types de primes au rendement et leurs effets sur les comportements des travailleurs

Giroux, Julie (2001). Les différents types de primes au rendement et leurs effets sur les comportements des travailleurs. Mémoire. Hull, Université du Québec à Hull, Département de relations industrielles, 191 p.

Le plein texte n'est pas disponible pour ce document.

Résumé

L’objectif de cette étude était de déterminer l’effet de différents types de prime au rendement sur les comportements sécuritaires des travailleurs du secteur minier. Cette étude s’est déroulée auprès de trois entreprises minières situées en Abitibi-Témiscamingue, se sont les mines Essor, Lingot et Mont d’Or. Puisqu’elles désirent garder l’anonymat, elles seront appelées ainsi pour les fins de cette étude. Les trois entreprises octroyaient une prime au rendement basée sur la productivité et deux d’entre elles ajoutaient à cette prime, une prime basée sur la qualité du travail. La prime de qualité contribue à l’originalité de cette recherche puisqu’elle n’avait jamais été documentée auparavant. De plus, contrairement à la plupart des études traitant de la prime au rendement, celle-ci n’est pas basée sur des statistiques; elle a été réalisée sous forme d’étude de cas. Cette forme a été choisie afin de permettre d’étudier plus en profondeur les comportements des travailleurs. Pour ce faire, nous avons combiné le modèle d’analyse des accidents du travail élaboré par Carter et Corlett et le modèle utilisé par le comité d’analyse des accidents du travail (CEAM, 1991). Ce modèle identifie d’abord trois conditions pour supposer que la prime au rendement aura une influence sur les comportements des travailleurs. Ce sont les suivantes : le travailleur doit comprendre comment la prime est calculée, il doit voir un lien entre sa productivité et le montant de sa prime. Finalement, le travailleur doit croire que sa prime est octroyée équitablement. Si l’une d’elle est remplie, on considère que la prime au rendement pourra modifier les comportements de 3 façons : diminution des comportements de nature sécuritaire, non respect des règles et procédures et mauvaise identification des risques. Le modèle identifie ensuite plusieurs facteurs pouvant éliminer ou réduire les comportements non-sécuritaire des travailleurs, ces facteurs sont regroupés en quatre catégories : facteurs individuels, organisationnels, environnementaux et politiques. Les résultats de l’analyse effectuée à la mine Essor sont très concluants. Cette entreprise offre, en plus de la prime au rendement basée sur la productivité, une prime de qualité. Le climat des relations de travail, la prime de qualité ainsi que l’importance accordée à la santé et à la sécurité sont les facteurs organisationnels prédominants. Au niveau du climat des relations de travail, on note une attitude très positive des travailleurs envers leur organisation. Il est important de noter, bien que ce facteur ne soit pas prédominant, que cette entreprise n’est pas syndiquée. L’analyse des données recueillies démontre également une bonne gestion de la prime de qualité. Cette prime est appréciée par les répondants et elle améliore tant la qualité de travail que l’aspect sécuritaire. Finalement, l’importance que l’entreprise accorde à la santé et à la sécurité est démontrée à plusieurs niveaux : La formation, la supervision, la prime de qualité et les activités reliées à la santé et à la sécurité en général. Donc, plusieurs facteurs susceptibles d’orienter sécuritairement les comportements des travailleurs sont présents chez cette entreprise. À la mine Lingot, nous avons identifié plusieurs facteurs positifs mais également quelques facteurs ayant une influence négative concernant l’aspect sécurité. Parmi les facteurs positifs, notons le service de formation et les activités structurées en santé et en sécurité. Bien que la prime de qualité soit également présente dans cette entreprise, celle-ci n’a pas été implantée dans un souci d’améliorer la qualité du travail ni la santé et la sécurité. En effet, le contexte d’implantation est très différent. Les répondants nous ont mentionné que cette prime constituait un moyen détourné pour augmenter le taux de boni des travailleurs affectés à une zone particulière sans pour autant augmenter le taux de boni des travailleurs du reste de la mine. Cela aura pour effet de discréditer les actions que l’entreprise mettra de l’avant dans le futur concernant la santé et la sécurité, et même l’implantation de ce type de prime. En résumé, on note que les actions de l’entreprise n’appuient pas le discours qu’elle prône au niveau de la santé et de la sécurité. Finalement, la même analyse a été faite dans le cas de la mine Mont d’Or. Notons déjà que cette entreprise offre uniquement la prime basée sur la productivité. Plusieurs éléments diffèrent des deux autres entreprises. D’abord, le climat de travail n’est pas aussi bon que dans les autres cas. L’implantation d’horaire de travail ne plaisant pas aux travailleurs contribue à créer ce mauvais climat de travail. Dans l’ensemble, il y a peu de facteurs affectant positivement la relation entre l’individu et son environnement. En résumé, la comparaison entre les trois entreprises nous a permis d’identifier les facteurs qui sont les plus susceptibles d’influencer positivement les comportements des travailleurs. Parmi les facteurs prédominants, nous retrouvons l’importance que l’entreprise accorde à la santé et à la sécurité, la formation, la supervision et la prime de qualité. Nous concluons donc que la prime au rendement doit être considérée dans son contexte comme un facteur parmi tant d’autres. Les accidents ne peuvent être associés uniquement à la prime au rendement, plusieurs autres facteurs contribuent à influencer le bilan des entreprises au niveau de la santé et de la sécurité.

Type de document: Thèse (Mémoire)
Directeur de mémoire/thèse: Harrisson, Denis
Informations complémentaires: Bibliothèque A.-Taché HF5549.5 C67 G57 2001 Comprend des réf. bibliogr.: p. 175.
Mots-clés libres: Comportement sécuritaire; Mine; Secteur minier; Prime au rendement; Prime de qualité; Sécurité au travail; Travailleur
Départements et école, unités de recherche et services: Relations industrielles
Date de dépôt: 12 déc. 2012 18:29
Dernière modification: 20 août 2013 15:20
URI: http://di.uqo.ca/id/eprint/190

Actions (Identification requise)

Dernière vérification avant le dépôt Dernière vérification avant le dépôt