Dépôt institutionnel de l'UQO
RECHERCHER

La précarité du travail chez les diplômés d'université : mémoire

Hurtubise, Lucie (2002). La précarité du travail chez les diplômés d'université : mémoire. Mémoire. Gatineau, Université du Québec en Outaouais, Département de travail social, 149 p.

Le plein texte n'est pas disponible pour ce document.

Résumé

Depuis un peu plus de deux décennies, on assiste à une sorte de cassure dans le monde du travail. Pendant que les uns travaillent sans cesse davantage, pour répondre à des exigences de productivité croissantes, les autres, de plus en plus nombreux, se voient confrontés au phénomène de la précarité d’emploi. Ce dernier est tributaire des nouveaux impératifs économiques que sont, entre autres, la concurrence dans un marché désormais sans frontière, et la flexibilité du travail. Il peut être qualifié de tendance lourde, et atteint un nombre grandissant de gens fortement scolarités. Cette recherche s’intéresse à la réalité du travail précaire chez les jeunes diplômés universitaires du premier cycle. Il s’agit d’une étude qualitative, effectuée auprès d’un petit échantillon d’individus détenteurs d’un baccalauréat. Elle a pour but d’offrir un portrait de la précarité d’emploi telle que vécue par ces jeunes, selon une perspective micro-sociale. Notre attention s’est portée, en particulier, sur les divers impacts de cette précarité dans leur vie, sur les stratégies qu’ils privilégient pour surmonter leur situation, et sur leur rapport au travail rémunéré. L’hypothèse que nous avons formulée concerne justement ce rapport subjectif des jeunes diplômés au travail, et suggère que le travail est une valeur importante dans leur vie, mais non centrale lorsque comparée à d’autres sphères d’activités et d’autres valeurs. Afin d’obtenir réponse à nos questions de recherche, nous sommes allés recueillir les récits de ces jeunes diplômés, au moyen d’entrevues semi-dirigées. Pour mettre en relief notre problématique, nous avons fait appel à un groupe-témoin de diplômés bien insérés en emploi. Nous avons constaté que la précarité d’emploi comporte des effets plutôt négatifs sur différentes dimensions de la vie des participants rencontrés. L’isolement et l’effet stigmatisant du statut de travailleur précaire semblent les principaux inconvénients. Des stratégies auxquelles ont recours ces jeunes, on retient surtout celles qui s’articulent autour de la solidarité avec l’entourage, et les stratégies d’insertion portées par un souci d’augmenter leur employabilité, notamment la polyvalence en emploi. Leurs propos sur le thème du rapport au travail sont révélateurs, en ce qu’ils lui attribuent des fonctions d’intégration sociale et de construction d’identité professionnelle. Pour eux, il importe également de pouvoir se réaliser dans l’exercice de ses fonctions. D’autre part, les relations avec les proches passent avant le travail, dans la liste de priorités de ces jeunes diplômés. En somme, malgré la précarisation du travail, ce dernier continue d’occuper une place significative dans la vie de ces jeunes qui, par ailleurs, semblent remettre en question l’individualisme ambiant.

Type de document: Thèse (Mémoire)
Directeur de mémoire/thèse: Tremblay, Daniel
Co-directeurs de mémoire/thèse: Assogba, Yao
Informations complémentaires: Bibliothèque A.-Taché HD6276.52 C32 Q84.2002. Comprend des réf. bibliogr. : p. [157]-164
Mots-clés libres: Précarité; Emploi; Précarisation; Travail; Précaire; Insertion professionnelle; Jeunes; Diplômés; Universitaires; Exclusion sociale; Isolement social; Travail social; Recherche qualitative
Départements et école, unités de recherche et services: Travail social
Date de dépôt: 12 déc. 2012 18:25
Dernière modification: 04 mars 2013 17:09
URI: http://di.uqo.ca/id/eprint/198

Actions (Identification requise)

Dernière vérification avant le dépôt Dernière vérification avant le dépôt