Dépôt institutionnel de l'UQO
RECHERCHER

L'infanticide et le filicide maternel

Raymond, Kelly (2003). L'infanticide et le filicide maternel. Mémoire. S.l., Université du Québec en Outaouais, Département de travail social, 140 p.

Le plein texte n'est pas disponible pour ce document.

Résumé

L’homicide, un phénomène social, évoque habituellement des sentiments d’incompréhension et d’outrage. Toutefois, la question de l’infanticide et du filicide suscite un intérêt particulier chez les chercheurs parce qu’elle nous oblige à mieux saisir la motivation ainsi que le raisonnement suivi par l’auteur du délit. Cette recherche porte sur le dépouillement de sept dossiers ainsi qu’une entrevue avec un expert spécialisé dans le domaine des infanticides et des filicides. Les dossiers dépouillés dans le cadre de cette recherche proviennent des Sociétés de l’aide à l’enfance. Il est à noter que la majorité des infanticides et des filicides ont été commis par la mère. La méthode préconisée a été une analyse qualitative car elle permet de comprendre le processus du déroulement d’un filicide ou d’un infanticide. Le but de cette recherche visait cinq objectifs, soit de comprendre les raisons à la source des infanticides et filicides maternels, d’examiner les circonstances préexistantes et celles qui prédisposent une mère à tuer son enfant, de décrire le déroulement, et finalement, d’analyser ce processus. Les résultats de cette recherche démontrent que les mères qui passent à l’action sont très souvent très immatures et peu scolarisées; la plupart du temps, elles ont été violentées ou agressées dans leur enfance. De plus, quatre grands facteurs ont également été repérés soit la pauvreté, la violence conjugale, la toxicomanie et la santé mentale. Clairement, il n’existe pas de caractéristique ni aucun trait frappant qui la distingue des autres mères qui ne passent pas au geste. La complexité et la diversité de ce phénomène ainsi que ses multiples facettes comprennent une interaction de plusieurs facteurs causals et non-causals. Un et/ou l’ensemble de ces facteurs peut-être l’élément déclencheur qui incite la mère à réaliser son idéation sans que nous soyons capables de l’identifier. Ajoutons que le type de filicide/infanticide le plus fréquemment dépisté dans les sept dossiers est le type accidentel. Les résultats de cette étude permettent aux intervenants de se sensibiliser au processus du déroulement d’un infanticide ou d’un filicide et de prendre connaissance de ces facteurs causals et non-causals. Sans que les intervenants puissent détecter quelle mère passera au geste, il importe de savoir que cette mère présente un certain profil et qui se retrouve parmi les personnes qui ont fait appel à leurs services, et que la possibilité du filicide et de l’infanticide existe.

Type de document: Thèse (Mémoire)
Directeur de mémoire/thèse: Deslauriers, Jean-Pierre
Informations complémentaires: Bibliothèque A.-Taché HV6542 R39 2003. Comprend des réf. bibliogr. : p. 110-121
Mots-clés libres: Infanticide; Filicide; Homicide; Violence; Mère; Parent; Enfant; Famille; Services sociaux; Recherche qualitative
Départements et école, unités de recherche et services: Travail social
Date de dépôt: 12 déc. 2012 18:14
Dernière modification: 04 mars 2013 17:40
URI: http://di.uqo.ca/id/eprint/225

Actions (Identification requise)

Dernière vérification avant le dépôt Dernière vérification avant le dépôt