Dépôt institutionnel de l'UQO
RECHERCHER

L'insertion socioprofessionnelle des personnes «déficientes intellectuelles» : des modes courants au modèle de l'économie sociale, le cas du C.A.R.R.O.

Rodier, Stéphane (2003). L'insertion socioprofessionnelle des personnes «déficientes intellectuelles» : des modes courants au modèle de l'économie sociale, le cas du C.A.R.R.O. Mémoire. S.l., Université du Québec en Outaouais, Département de travail social, 166 p.

Le plein texte n'est pas disponible pour ce document.

Résumé

Ce mémoire de maîtrise a pour objet l’étude du cas d’une intervention innovante en matière d’insertion socioprofessionnelle chez les personnes «déficientes intellectuelles». Cette démarche traite des situations d’insertion socioprofessionnelle qui se déroulent chez ces personnes et identifie des variables à prédominance socio-culturelle qui permettent de mieux comprendre les difficultés qu’éprouvent les interventions courantes à insérer. Parallèlement, on assiste à la multiplication d’organismes communautaires et d’associations qui intègrent des activités économiques à leurs façons de faire. Adhérant à un certain nombre de règles et de conditions, bon nombre de ces expériences cadrent dans la logique des activités qui utilisent l’économie sociale en tant que stratégie d’intervention. Cette recherche s’intéresse particulièrement aux situations d’insertion qui se déroulent chez les personnes «déficientes intellectuelles» prenant part aux activités de l’entreprise d’économie sociale Centre d’apprentissage de récupération et de recyclage de l’Outaouais (CARRO), une des activités d’économie sociale développée par l’organisation communautaire Centre Jean Bosco. Notre démarche consiste à vérifier dans quelle mesure les initiatives d’économie sociale rassemblent les conditions nécessaires à l’insertion socioprofessionnelle des personnes «déficientes intellectuelles». La stratégie de recherche qualitative de l’étude de cas utilisée dans ce mémoire ne permet pas de généraliser ce cas spécifique à l’ensemble des situations. Cependant, cette démarche sous-tend une certaine évidence à l’effet que ce mode d’intervention arrive à dépasser certaines limites spécifiques à des interventions courantes dans ce domaine. L’expérience d’insertion par l’économique qui se déroule au CARRO ne constitue toutefois qu’un élément de réponse à l’insertion des personnes «déficientes intellectuelles». Lorsque comparée à diverses interventions courantes, celle du CARRO n’arrive pas à mieux insérer les individus ainsi étiquetés par rapport à la dimension économique de l’insertion. C’est surtout sur le plan des dimensions sociale et identitaire de l’insertion que l’on remarque des avancées dans les trajectoires d’insertion caractéristiques aux participants du CARRO qui sont étiquetés «déficients intellectuels».

Type de document: Thèse (Mémoire)
Informations complémentaires: Bibliothèque A.-Taché HV3005 R63 2003 Comprend des réf. bibliogr. : p. 153-166.
Mots-clés libres: Insertion socioprofessionnelle; Déficients intellectuels; Déficience intellectuelle; Handicap mental; Économie sociale; Intégration; Emploi; Outaouais; Québec; Travail social; Recherche qualitative
Départements et école, unités de recherche et services: Travail social
Date de dépôt: 12 déc. 2012 18:16
Dernière modification: 28 janv. 2013 19:36
URI: http://di.uqo.ca/id/eprint/226

Actions (Identification requise)

Dernière vérification avant le dépôt Dernière vérification avant le dépôt