Dépôt institutionnel de l'UQO
RECHERCHER

Programme d'intervention sur le sommeil de personnes souffrant de troubles de santé mentale sévères et persistants

Bastien, Isabelle (2007). Programme d'intervention sur le sommeil de personnes souffrant de troubles de santé mentale sévères et persistants. Mémoire. Gatineau, Université du Québec en Outaouais, Département de psychoéducation et de psychologie, 127 p.

Le plein texte n'est pas disponible pour ce document.

Résumé

Dans notre société moderne, nous accordons beaucoup d’importance à la productivité et le sommeil est souvent considéré comme une perte de temps. Ainsi, nous n’hésitons pas à empiéter sur le temps de sommeil en utilisant parfois divers moyens pour y arriver; par exemple en consommant de la caféine (café, boissons spécialisées ou comprimés) ou des drogues telles que l’amphétamine et la métamphétamine («speed»). Plus de 30 millions de personnes utilisent de telles drogues à travers le monde (Maxwell, 2006). Nous oublions souvent que le sommeil est nécessaire à la récupération de notre corps et à d’autres fonctions essentielles à notre bon fonctionnement mental (Morin, 1993). Par exemple, c’est durant le sommeil profond que notre corps récupère physiquement en restaurant nos tissus et en créant de nouvelles cellules (Morin, 1993). Le sommeil paradoxal, de son côté, nous permet de consolider les informations acquises durant la journée (Sejnowski & Destexhe, 2000). La littérature nous montre en fait que le manque de sommeil peut avoir un impact négatif sur notre fonctionnement cognitif (mémoire, attention, etc.) (Basner, 2005; Radja, 2005; Wylie, 2005), sur nos émotions (tristesse, irritabilité, etc.) (Morin 1993; Billiard, Partinen, Rothy, & Shapiro 1994) ainsi que sur notre santé physique (augmentation des symptômes dans les maladies chroniques, augmentation du risque de maladies physiques) (Richardson & Roth, 2001; Roth, 2001; Basner, 2005). Certaines maladies touchant le sommeil perturbent également de manière importante le fonctionnement diurne des individus qui en souffrent. À cet effet, entre 20 et 40 % de la population générale adulte souffre d’insomnie (Winkelman & Pies, 2005). De ce nombre, on note qu’environs 17 % souffrent d’insomnie chronique (Morin, 1993; The College of Physicians and Surgeons of Ontario, 2005). Nous savons de plus que 70 % des hommes et 80 % des femmes atteints d’un trouble psychiatrique souffrent également d’insomnie et ces perturbations de leur sommeil peuvent exacerber les symptômes psychopathologiques (Billarrd et al., 1994; soldatos, 1994; Armitage, 2000; Benca 2001; McCall, 2001; Soldatos, Dikeos, & Paparrigopoulos, 2003). Malgré la présence fréquente de troubles de sommeil chez les personnes atteintes d’un désordre psychiatrique, le sommeil est souvent traité de façon secondaire. Puisque cette clientèle est généralement plus difficile à traiter, à la fois pour leurs symptômes psychiatriques et leur troubles de sommeil, à cause de leur manque d’dhérence au traitement, il n’y a pas de traitement spécifique pour leurs perturbations du sommeil (Smith, Huang, & Manber, 2005). Les objectifs du présent mémoire de maîtrise en psychoéducation sont : (1) vérifier l’efficacité d’une thérapie cognitivo-comportementale, pouvant être offerte par des psychoéducateurs, adaptée pour traiter les perturbations du sommeil de patients souffrant de troubles mentaux (de façon préliminaire); (2) mesurer l’impact de l’amélioration du sommeil sur les symptômes psychiatriques. Nous présenterons tout d’abord des données actuelles concernant l’hypersomnie et l’insomnie, les deux troubles de sommeil les plus souvent évoqués dans la population psychiatrique (Billard et al., 1994; Roth, 2001). Nous aborderons également les thérapies existantes pour traiter l’insomnie : la pharmacothérapie, la psychothérapie et les thérapies cognitivo-comportementales. Nous présenterons, par la suite, les objectifs, la méthodologie et les hypothèses du projet de recherche suivi des analyses prévues pour les données. En terminant, nous présenterons les résultats de la recherche, la discussion ainsi que la conclusion.

Type de document: Thèse (Mémoire)
Informations complémentaires: Bibliothèque A.-Taché RC 547 B37 2007 Bibliothèque St-Jérôme RC 547 B37 2007 Comprend des réf. bibliogr. : p. 75-87.
Mots-clés libres: Sommeil; Troubles; Maladies mentales; Troubles psychiatriques; Insomnie; Traitement; Thérapies; Troubles du sommeil
Départements et école, unités de recherche et services: Psychoéducation
Date de dépôt: 10 déc. 2012 21:13
Dernière modification: 22 janv. 2013 14:17
URI: http://di.uqo.ca/id/eprint/318

Actions (Identification requise)

Dernière vérification avant le dépôt Dernière vérification avant le dépôt