Dépôt institutionnel de l'UQO
RECHERCHER

Comprendre les pratiques policières de référence psychosociale lors de situations de violence conjugale

Beaulieu, Claire (2008). Comprendre les pratiques policières de référence psychosociale lors de situations de violence conjugale. Mémoire. Gatineau, Université du Québec en Outaouais, Département de psychoéducation et de psychologie.

Le plein texte n'est pas disponible pour ce document.

Résumé

La présente recherche porte sur le bilan de la référence policière dans le cadre du protocole d’entente intersectorielle en matière de violence conjugale sur le territoire du Service de police de Gatineau (SPVG). Le but principal de cette étude est de tracer un portrait détaillé de l’usage policier de ce protocole auprès des victimes de violence conjugale et de la réponse de ces dernières à l’offre de services afin de bonifier son application. De plus, l’analyse du contenu des discours des policiers et des victimes contribue à connaître les réalités policières et les besoins en matière de référence dans ces situations. Ce bilan de la situation a utilisé deux approches méthodologiques, quantitatives et qualitatives pour fournir un portrait plus complet. Les données de l’approche quantitative ont été recueillies dans les dossiers de police¹ pour lesquels les femmes ont été victimes de violence conjugale en 2003 et 2004. Celles de l’approche qualitative proviennent des entrevues dirigées menées auprès de trente policiers et des entrevues semi-dirigées effectuées auprès de dix femmes victimes de violence conjugale. Les données qualitatives ont été analysées selon le modèle d’analyse du contenu manifeste et les données quantitatives ont été soumises à des analyses descriptives, bivariées et multivariées. Dans la référence policière réalisée auprès des victimes de violence conjugale, il ressort des analyses quantitatives diverses modalités et certaines irrégularités dans l’application du formulaire de référence. La réponse des victimes est favorable au formulaire de référence ainsi que des préférences sont observées dans le choix des ressources. Le délai de 12 heures prescrit dans le protocole pour la transmission du formulaire est généralement respecté. Dans près de la moitié des cas, les sentences se retrouvent dans les dossiers avec formulaire de référence et nous observons également une plus grande représentation des femmes qui acceptent la référence policière. De plus, les résultats démontrent des différences statistiques significatives entre les femmes qui acceptent et celles qui refusent la référence. Ces différences sont reliées à la victime, à l’agresseur, au contexte et à l’intervention policière. D’autre part, les analyses des entrevues présentent les facteurs facilitant et les obstacles rencontrés par les policiers dans l’application du protocole et du formulaire de référence. Il ressort des spécificités dans le processus de référence policière et la réponse des victimes. Ces étapes diffèrent selon les policiers impliqués dans les situations de violence conjugale. Les deux groupes, policiers et victimes reconnaissent la pertinence de la référence aux ressources d’aide dans ces situations. La sécurité constitue l’enjeu premier de leur intervention et satisfait aux besoins prioritaires des victimes. Toutes les victimes interviewées ont bénéficié de plusieurs services d’aide et la moitié d’entre elles, ne se souvenaient plus avec certitude de l’existence du formulaire de référence policière. Finalement, l’analyse des discours des policiers et des victimes montre que le formulaire de référence est généralement un outil adapté aux besoins en matière de référence. Toutefois, des compléments sont proposés de part et d’autre pour assurer une intervention efficiente et continue, tant dans l’intervention policière qu’à la suite de celle-ci. Pour chacun d’eux, les enjeux reliés à la référence policière passent par une amélioration de la concertation entre les organismes impliqués ainsi qu’une plus grande uniformisation et consolidation des pratiques policières.¹ Il s’agit de 1 159 dossiers de violence conjugale pour les femmes âgées de 18 ans et plus en 2003 et 2004, dont 453 dossiers avec formulaire de référence.

Type de document: Thèse (Mémoire)
Informations complémentaires: Bibliothèque A.-Taché HV 6626 .23 Q8 B43 2008 Bibliothèque St-Jérôme HV 6626 .23 Q8 B43 2008 Comprend des réf. bibliogr. : p. 148-156.
Mots-clés libres: Violence entre conjoints; Femmes victimes de violence; Crimes; Signalement à la police; Responsabilité civile; Québec; Gatineau
Départements et école, unités de recherche et services: Psychoéducation
Date de dépôt: 10 déc. 2012 20:57
Dernière modification: 15 mai 2013 18:46
URI: http://di.uqo.ca/id/eprint/356

Actions (Identification requise)

Dernière vérification avant le dépôt Dernière vérification avant le dépôt