Dépôt institutionnel de l'UQO
RECHERCHER

L'indice de masse corporelle, les biais négatifs à l'égard du poids et la qualité de la relation conjugale telle que mesurée par l'anxiété et la vigilance relationnelles

Zonato, Amélie (2014). L'indice de masse corporelle, les biais négatifs à l'égard du poids et la qualité de la relation conjugale telle que mesurée par l'anxiété et la vigilance relationnelles. Essai. Gatineau, Université du Québec en Outaouais, Département de psychoéducation et de psychologie, 71 p.

[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (9MB) | Prévisualisation
[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (25MB) | Prévisualisation

Résumé

Malgré le fait que l’obésité soit de plus en plus prévalente, les biais négatifs à l’égard du poids demeurent répandus et ont des conséquences néfastes sur l’estime ainsi que le bien-être physique, émotionnel et mental des personnes qui en sont victimes. Bien que la recherche indique que les biais négatifs à l’égard du poids ont des effets encore plus délétères lorsqu’ils proviennent d’un proche, ce phénomène n’a que peu été investigué dans le contexte des relations de couple. L’étude actuelle avait pour but d’étudier les relations entre l’indice de masse corporelle (IMC), les biais négatifs à l’égard du poids et deux concepts reliés aux relations de couple, soit l’anxiété et la vigilance relationnelles. Les biais négatifs à l’égard de poids ont été mesurés par trois variables différentes : La perception d’un jugement négatif d’autrui sur son apparence, l’influence des médias sur l’image de soi et les attitudes négatives envers les grosses personnes. Un modèle théorique où l’IMC serait positivement lié aux biais négatifs à l’égard du poids qui, à leur tour, seraient positivement associés à de forts degrés d’anxiété et de vigilance relationnelles a été vérifié. L’échantillon était composé de 777 hommes et femmes de 18 ans et plus ayant rempli des questionnaires en ligne. Les résultats indiquent que l’IMC prédit significativement la perception d’un jugement négatif d’autrui sur son apparence. La perception d’un jugement négatif, l’influence des médias et les attitudes négatives envers l’obésité prédisent significativement l’anxiété relationnelle. Pour sa part, la vigilance relationnelle est significativement prédite par l’influence des médias et les attitudes négatives envers l’obésité. Les conclusions de cette étude ont permis d’accroître les connaissances au sujet des biais négatifs à l’égard du poids dans les relations de couple et pourraient servir de base à des interventions visant à améliorer la qualité des relations conjugales des personnes en surpoids et obèses. Mots-clés : biais négatifs à l’égard du poids, indice de masse corporelle, relations conjugales, anxiété relationnelle, vigilance relationnelle.

Type de document: Thèse (Essai)
Directeur de mémoire/thèse: Aimé, Annie
Informations complémentaires: Comprend des réf. bibliogr. : p. 47-61
Mots-clés libres: Biais négatifs à l'égard du poids; Indice de masse corporelle; Relations conjugales; Anxiété relationnelle; Vigilance relationnelle; IMC
Départements et école, unités de recherche et services: Psychologie
Date de dépôt: 28 mai 2014 12:58
Dernière modification: 07 oct. 2014 15:56
URI: http://di.uqo.ca/id/eprint/690

Actions (Identification requise)

Dernière vérification avant le dépôt Dernière vérification avant le dépôt