Dépôt institutionnel de l'UQO
RECHERCHER

L'association prospective entre la pratique d'activités physiques structurées et non structurées en première année et les symptômes anxieux d'enfants en deuxième année

Vincent, Martine (2014). L'association prospective entre la pratique d'activités physiques structurées et non structurées en première année et les symptômes anxieux d'enfants en deuxième année. Mémoire. Gatineau, Université du Québec en Outaouais, Département de psychoéducation et de psychologie, 77 p.

Le plein texte n'est pas disponible pour ce document.

Résumé

Au cours des vingt dernières années, l’effet des symptômes anxieux sur la santé physique et psychologique des enfants a suscité un grand intérêt parmi les chercheurs. Toutefois, l’effet d’une pratique régulière d’activités physiques de type structuré et non structuré sur les symptômes anxieux d’enfants d’âge scolaire québécois demeure peu étudié par la communauté scientifique. Par ailleurs, parmi le peu d’études portant sur le sujet, la plupart présentent des lacunes méthodologiques limitant la portée de leurs résultats. Le présent mémoire a pour objectif a) d’examiner les associations entre l’activité physique structurée et non structurée pratiquée en première année et les symptômes anxieux des enfants l’année suivante et b) de vérifier la nature et la force de ces associations chez les filles et les garçons respectivement selon les informations provenant de l’enseignant et du parent. Les analyses de ce projet se basent sur les données de l’Étude Longitudinale sur le Développement de Enfants du Québec. Les données récoltées provenaient respectivement des enseignants de 744 enfants (n=336 filles; n=408 garçons) et d’un parent (ou la personne connaissant le mieux l’enfant) pour 867 enfants (n=403 filles; n=464 garçons). Des analyses de régressions linéaires multiples ont été réalisées à partir de ces données. Les variables indépendantes et les variables contrôles ont été mesurées alors que les enfants avaient sept ans, tandis que les variables dépendantes correspondaient à l’enfant âgé de huit ans. Les modèles de régression révèlent que l’activité physique non structurée aurait un effet significatif sur les symptômes anxieux des enfants, plus particulièrement chez les garçons. En revanche, l’activité physique structurée n’influencerait pas les symptômes anxieux des enfants âgés de huit ans. Les résultats de ce mémoire appuient l’importance d’élaborer des programmes de prévention de l’anxiété chez l’enfant, basés sur l’adoption de saines habitudes de vie, notamment la pratique de l’activité physique régulière. Cette approche apportera certainement un angle de vue nouveau aux champs de connaissances actuelles dans le domaine de la psychoéducation autant dans les milieux scolaires que pour les services de santé et les services sociaux.

Type de document: Thèse (Mémoire)
Directeur de mémoire/thèse: Piché, Geneviève
Informations complémentaires: Comprend des références bibliographiques : p. 49-63
Mots-clés libres: Symptômes anxieux; Activité physique structurée; Activité physique non structurée; Enfants; Étude longitudinale
Départements et école, unités de recherche et services: Psychoéducation
Date de dépôt: 20 oct. 2015 13:44
Dernière modification: 20 oct. 2015 18:39
URI: http://di.uqo.ca/id/eprint/776

Actions (Identification requise)

Dernière vérification avant le dépôt Dernière vérification avant le dépôt