Dépôt institutionnel de l'UQO
RECHERCHER

Différenciation des liens d'attachement des femmes victimes de maltraitance infantile par une figure parentale

Dumouchel, Catherine (2017). Différenciation des liens d'attachement des femmes victimes de maltraitance infantile par une figure parentale. Essai. Gatineau, Université du Québec en Outaouais, Département de psychoéducation et de psychologie, 107 p.

[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (1MB) | Prévisualisation

Résumé

La maltraitance infantile constitue un fléau qui affecte ses victimes bien au-delà de l’affranchissement de leur bourreau. L’une de ses principales conséquences à long terme consiste en l’altération des capacités de régulation des émotions, notion souvent conceptualisée par le biais de la théorie de l’attachement (Bowlby, 1969, 1973 et 1980). Celle-ci décrit que la maltraitance répétée pendant certains moments critiques du développement peut mener à l’émergence d’un style d’attachement insécurisant qui persistera tout au long de la vie adulte. Toutefois, le caractère immuable de l’attachement a été remis en question. Certains auteurs réfèrent désormais à la notion de liens d’attachement, ce qui suppose une différenciation de l’attachement en fonction du contexte propre à chaque relation. Cette nouvelle conceptualisation propose ainsi l’existence de multiples liens d’attachement chez un même individu. Cette étude vise ainsi à explorer la différenciation des liens d’attachement chez les femmes au sein de leurs relations avec leur pourvoyeur de soin ayant commis la maltraitance, leur conjoint ainsi qu’un ami significatif. L’échantillon (n = 98) se compose de femmes âgées de 25 à 45 ans en relation amoureuse depuis au moins un an et entretenant une relation amicale significative depuis au moins deux ans. Les participantes étaient invitées à répondre à cinq différents questionnaires, portant sur la maltraitance dont elles ont été victimes avant l’âge de 17 ans, sur leur style et leurs liens d’attachement ainsi que sur les stratégies de régulation cognitive des émotions. Les données recueillies ont été traitées par une ANOVA à mesure répétée ainsi que par des régressions linéaires simples et multiples. Les résultats ont démontré que nos participantes présentent effectivement une différenciation de leurs liens d’attachement puisque leurs niveaux d’anxiété et d’évitement diffèrent au sein des trois relations mesurées. Cela signifie que les femmes antérieurement maltraitées par un pourvoyeur de soins ne sont pas systématiquement condamnées à un attachement insécurisant au sein de leurs différentes relations. En vertu de la portée de ces résultats, des implications cliniques sont mises en lumière, dont l’importance pour les cliniciens en relation d’aide de favoriser la création et la solidification des liens d’attachements sécurisants de leurs clientes jadis maltraités.

Type de document: Thèse (Essai)
Directeur de mémoire/thèse: Greenman, Paul S.
Informations complémentaires: Comprend des références bibliographiques : p. 75-94.
Mots-clés libres: Style d'attachement; Liens d'attachement; Maltraitance; Régulation des émotions; Femmes
Départements et école, unités de recherche et services: Psychologie
Date de dépôt: 22 sept. 2017 15:47
Dernière modification: 26 sept. 2017 15:33
URI: http://di.uqo.ca/id/eprint/937

Actions (Identification requise)

Dernière vérification avant le dépôt Dernière vérification avant le dépôt