Dépôt institutionnel de l'UQO
RECHERCHER

Étude des relations amoureuses chez les jeunes adultes

Boulanger, Julie (1998). Étude des relations amoureuses chez les jeunes adultes. Essai. S.l., Université de Sherbrooke, Université du Québec à Hull, Département de psychoéducation et de psychologie, 67 p.

Le plein texte n'est pas disponible pour ce document.

Résumé

Bien qu’une efficacité des programmes d’intervention conjugale de type cognitivo-comportemental soit démontrée par plusieurs études (Craighead et al., 1994; Hawton et al., 1989), il s’avère important de souligner que la majorité de ces travaux sont effectuées auprès de couples de 30 à 40 ans ayant des enfants. À ce jour, peu de documentation fait état de la réalité conjugale des jeunes adultes n’ayant pas d’enfant. Afin de pallier cette lacune, la présente étude vise d’une part à mieux identifier les diverses dimensions de la réalité des jeunes couples qui sont associées à leur perception de la satisfaction conjugale et d’autre part, à comparer cette réalité pour les hommes et les femmes. L’échantillon est composé de 30 couples résidant dans la région outaouaise. L’âge moyen des femmes est de 23 ans (é.t.=3,93) et celui des hommes est de 26 ans (é.t.=4,72). Toutes les conjointes sont présentement aux études tandis que seulement 11 hommes le sont (36,7%). La majorité des couples se fréquentent depuis 1 à 3 ans (50%) et vivent ensemble depuis moins d’un an (40%). Tous les couples ont d’abord complété séparément un questionnaire sur les renseignements sociodémographiques comportant aussi des questions sur la perception générale des conjoints quant à leur relation conjugale. Les sujets ont de plus été évalués par le Dyadic Adjustment Scale de Spanier (1976). Cet instrument comporte 32 questions qui se regroupent en quatre échelles (consensus, satisfaction, expression affective et cohésion) ainsi qu’un score total. Finalement, les partenaires ont répondu à l’Index de l’Harmonie Conjugale élaboré par Bigras (1989). Ce questionnaire de type Likert est composé de 28 questions portant plus spécifiquement sur les stratégies de résolution de conflits (évitement et escalade). Contrairement aux résultats des études menées auprès de couples plus âgés, les hommes de notre échantillon se perçoivent plus insatisfaits au plan conjugal que leur conjointe. Bien que l’insatisfaction conjugale pour les hommes et les femmes soit associée aux deux stratégies négatives de résolution de conflit, on note que les femmes insatisfaites semblent davantage utiliser la stratégie de l’escalade, telle qu’en témoigne l’amplitude plus élevée des coefficients de corrélation. Il est intéressant, à la lumière de ce résultat, de constater que c’est principalement de cette variable (escalade des femmes) qui est associées à l’insatisfaction conjugale des hommes. Notons également la corrélation positive obtenue entre la stratégie d’escalade utilisée par les femmes et celle de l’évitement manifestée par les hommes (r=0,57, p<0,01). Nous constatons que l’ensemble de ces résultats précise des éléments saillants quant à la dynamique des jeunes couples pour résoudre leur conflit. Ces éléments pourront permettre aux intervenants de mieux comprendre la réalité conjugale des jeunes adultes pour ainsi mieux intervenir auprès de cette clientèle.

Type de document: Thèse (Essai)
Informations complémentaires: Bibliothèque A.-Taché HQ799.8 C32 Q877 1998 Bibliothèque St-Jérôme HQ 799 .8 C32 Q877 1998 Comprend des réf. bibliogr. : p. 64-67 Cet essai a été réalisé dans le cadre du programme de Maîtrise en éducation spécialisée de l'Université de Sherbrooke extensionné à l'Université du Québec à Hull
Mots-clés libres: Relations amoureuses; Relations conjugales; Amour; Couples; Jeunes adultes; Réalité conjugale; Satisfaction; Outaouais; Québec
Départements et école, unités de recherche et services: Psychoéducation
Date de dépôt: 17 déc. 2012 14:04
Dernière modification: 01 févr. 2013 19:45
URI: http://di.uqo.ca/id/eprint/94

Actions (Identification requise)

Dernière vérification avant le dépôt Dernière vérification avant le dépôt