Dépôt institutionnel de l'UQO
RECHERCHER

Rôle des diasporas dans le développement territorial des États fragiles : Le cas de la Somalie

Ahmed Nour, Nasteho (2017). Rôle des diasporas dans le développement territorial des États fragiles : Le cas de la Somalie. Essai. Gatineau, Université du Québec en Outaouais, Département des sciences sociales, 49 p.

[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (664kB) | Prévisualisation

Résumé

Dans le cadre de la réflexion amorcée dans cet essai, je vais analyser le phénomène de la diaspora et son implication à titre de partenaires dans les projets de développement local des régions, villes ou villages d'origine. Pour ce faire, j'ai comme étude de cas, la Somalie. Avec une population estimée par l'Organisation des Nations Unies (ONU) à quelques 9,1 millions d'habitants en 2009, la Somalie est devenue indépendante de l'Italie et de la Grande-Bretagne en juin 1960. L'instabilité politique a pris son essor après la chute du régime de Mohamed Siad Barre en janvier 1991. Ceci a marqué le début de la guerre civile qui dure jusqu'à ce jour (J. Peter Pham, 2011). De ce conflit ont résulté la destruction quasi totale du système administratif, la perte de la souveraineté étatique du pays et son morcellement en plusieurs territoires, dont trois principaux : la Grande Somalie, le Somaliland et Puntland (J. Peter Pham, 2011). La première entité se trouve au nord du pays; ex-protectorat britannique, le Somaliland s'est autoproclamé indépendant (République du Somaliland) en 1991. La seconde se trouve au Nord-Est du pays et prend son indépendance en 1998, sous le nom de Puntland. Enfin, la troisième partie, la Somalie, située dans la partie sud et centre du pays, reste déchirée par l'anarchie et les conflits armés entre clans ou partisans des seigneurs de guerre locale. Ce morcellement de la Somalie crée également un sentiment de divergence de l'identité nationale, ce qui entraîne des tensions politiques, économiques et sociales entre ces diverses entités territoriales (J. Peter Pham, 2011). Étant un des pays les plus pauvres du monde, avec un revenu annuel par tête estimé à 226 dollars EU en 2002, la Somalie se caractérise comme étant un État fragile en conflit depuis plus de deux décennies (BAD, 2010). Ayant sombré dans des conflits claniques et dans une dégradation politique croissante, le pays a été sujet d'un nombre important de crises, portant sur plusieurs dimensions simultanément : crises économiques, guerres civiles, famines, trafiquants, etc. Dans la foulée, à partir des indépendances dans les années 1960, les pays africains vont connaître, à des degrés différents, l'émigration de leurs ressortissants vers l'Europe et l'Amérique du Nord. Or la variable de l'émigration à un caractère paradoxal, car elle peut être vue comme une perte pour le pays d'origine, mais comme un gain. Cet essai commence par un bref exposé des raisons qui justifient mon intérêt pour ce sujet. Par la suite, je vais vous exposer ma méthodologie de recherche, mon cadre théorique, ainsi que ses limites. Ceci va permettre de justifier ou de rendre plus intelligible mon analyse. Dans une troisième partie je vais tâcher de vous présenter mon analyse en me fondant principalement sur une recension des écrits existant. Je vais finalement conclure avec une brève synthèse soutenue par mes réflexions et interprétations sur mon étude de la Somalie.

Type de document: Thèse (Essai)
Directeur de mémoire/thèse: Della Faille De Leverghem, Dimitri
Informations complémentaires: Comprend des références bibliographiques : p. 44-47.
Mots-clés libres: Somalie; Diaspora; Crise; Développement territorial
Départements et école, unités de recherche et services: Sciences sociales
Date de dépôt: 03 oct. 2017 16:58
Dernière modification: 03 oct. 2017 18:50
URI: http://di.uqo.ca/id/eprint/940

Actions (Identification requise)

Dernière vérification avant le dépôt Dernière vérification avant le dépôt