Dépôt institutionnel de l'UQO
RECHERCHER

Construction des nouveaux territoires de la gouvernance forestière au Québec : regards sur les régions du Bas-Saint-Laurent et de l'Outaouais

Leclerc, Édith (2013). Construction des nouveaux territoires de la gouvernance forestière au Québec : regards sur les régions du Bas-Saint-Laurent et de l'Outaouais. Thèse. Gatineau, Université du Québec en Outaouais, Département des sciences sociales, 269 p.

[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (2MB)

Résumé

Les politiques forestières sont en mutation et ce, internationalement, afin de prendre en considération les pressions économiques, environnementales et sociales du développement durable. Le Québec n'échappe pas à cette réalité et adopte en 2010 la nouvelle loi sur l'aménagement des territoires forestiers. Si la loi sur les forêts de 1986 a vue émerger des mécanismes de gestion des forêts plus territorialisés et plus participatifs, la nouvelle loi offre maintenant un rôle de choix aux acteurs à l'échelle régionale afin que ceux-ci aient une emprise sur l'organisation de leur milieu. Cette nouvelle place pour les régions dans l'organisation du pouvoir est-elle la manifestation du phénomène de (re)territorialisation? Quelle forme prennent les régions? Assiste-t-on à l'avènement d'une démocratie différentielle (Faure, 2007) ou voit-on apparaître un modèle unique dans les régions québécoises? Cette thèse a recours à un cadre de référence qui fusionne à la fois la sociologie de l'action publique (Lascoumes et Legalès, 2007), qui permet de saisir l'apport des acteurs à la prise de décision en partenariat avec l'État, et le rescaling (Brenner, 2004), qui permet de saisir la manifestation de nouvelles échelles pour expliquer la mise en place des nouvelles structures forestières régionales, les Commissions régionales sur les ressources naturelles et le territoire public (CRRNT). Deux cas régionaux sont étudiés, celui de la CRRNT du Bas-Saint-Laurent et celui de la CRRNT de l'Outaouais. Des observations lors des rencontres des commissaires ainsi que des entrevues semi-dirigées avec les principaux acteurs qui gravitent autour des CRRNT ont eu lieu entre octobre 2010 et février 2011. Dans une première analyse, les monographies individuelles montrent que, dans le cas de la CRRNT du Bas-Saint-Laurent, l’organisation entre les acteurs, qui est fortement teintée des mobilisations régionales antécédentes, découle sur des interactions clés pour la région. La CRRNT de l’Outaouais, elle, s’inscrit dans une organisation qui repose plutôt sur les structures politico-administratives. En outre, le deuxième niveau d’analyse, qui met en contraste les deux cas, permet de constater une mise en débat des orientations forestières régionales dans le cas de la CRRNT du Bas-Saint-Laurent et que la CRRNT de l’Outaouais offre aux commissaires (et non-commissaires) un espace de mise en commun des savoirs et des informations régionales en ce qui a trait au milieu forestier. Enfin, en discussion, cette thèse propose que, même si les deux cas ne démontrent pas entièrement le phénomène de (re)territorialisation, les résultats permettent de souligner la construction différenciée des territoires régionaux. Le territoire régional comme espace d’organisation du pouvoir ne s’articule toutefois pas uniquement au sein des CRRNT, mais autour d’un sous-système régional, qui lui, se construit différemment selon la région. Cette construction s’articule, dans un premier temps, autour de la capacité régionale à mettre en relation et en débat un ensemble d’idées et d’intérêts qui sont significatif à la fois pour la région et pour les acteurs eux-mêmes. Dans un deuxième temps, la construction territoriale repose sur la capacité régionale à faire du sous-système régional et de ses structures un véritable pivot, la plaque tournante pour les décisions. Somme toute, cette recherche aura contribué à comprendre les mécanismes à l’œuvre dans la nouvelle organisation du pouvoir qui se structure autour des territoires forestiers au Québec, en particulier à l’échelle régionale. Cette compréhension permet aux CRRNT de trouver leur place dans le système de gouvernance forestière.

Type de document: Thèse (Thèse)
Directeur de mémoire/thèse: Chiasson, Guy
Informations complémentaires: Comprend des réf. bibliogr. : p. [249]-269
Mots-clés libres: Gouvernance; Forêt; Québec; Régions; Échelle; Rescaling; Action publique
Départements et école, unités de recherche et services: Sciences sociales
Date de dépôt: 27 août 2013 19:02
Dernière modification: 23 oct. 2015 13:21
URI: http://di.uqo.ca/id/eprint/633

Actions (Identification requise)

Dernière vérification avant le dépôt Dernière vérification avant le dépôt