Dépôt institutionnel de l'UQO
RECHERCHER

La gouvernance dans un contexte de décentralisation : le cas de la régionalisation de la forêt en Outaouais

Kansa Subuka, Timothée (2014). La gouvernance dans un contexte de décentralisation : le cas de la régionalisation de la forêt en Outaouais. Mémoire. Gatineau, Université du Québec en Outaouais, Département des sciences sociales, 141 p.

[img]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (3MB)

Résumé

Une réflexion sur la gouvernance dans un contexte de décentralisation permet de réaliser que la gestion au niveau régional et local est devenue complexe. Des changements importants sont survenus ces dernières années au niveau de la gouvernance du secteur forestier. Dans ce cadre, les structures régionales comme les Conférences régionales des élus (CRÉ) se sont vues confier des nouvelles responsabilités dans la planification du développement régional en matière forestière. Face aux enjeux et défis suscités par ce milieu, ces structures régionales sont incitées à intégrer des nouveaux modèles de gestion. La question à laquelle tente de répondre le présent travail est : Comment la Conférence régionale des élus de l’Outaouais (CRÉO) et sa Commission régionale sur les ressources naturelles et le territoire public de l’Outaouais (CRRNTO) s’approprient-elles les nouvelles responsabilités forestières, et plus singulièrement, est-ce que les nouveaux pouvoirs s’exercent dans une logique de gouvernance? Cette gouvernance est définie par de plus en plus en plus de chercheurs en termes d’échange de savoir et de connaissance, de circulation de l’information (Juillet & Andrew, 1999), de rationalité communicative et intersubjective (Drysek, 1987), et non plus sur le modèle du «command and control». Plus spécifiquement, l’analyse du cas de la CRÉO et sa Commission régionale des ressources naturelles et du territoire porte sur les modalités de prise de décision et la mise en pratique de cette gouvernance. La collecte de données s’est faite d’abord par des entrevues semi-dirigées avec les participants à la Table des Commissaires et aux Tables locales de gestion intégrée des ressources et du territoire (TLGIRT). Pour approfondir le résultat, les procès verbaux et les rapports des rencontres ont été analysés. De l’analyse, quelques grands constats se sont dégagés : la volonté de la CRRNTO de répondre aux besoins de son milieu par la concertation et de faire place au partenariat; la participation plus directe ou non des régions et des collectivités à la gestion des forêts avec le concours de dispositifs participatifs, le faible degré de participation des citoyens; la grande responsabilité des élus dans la prise de décision, le déséquilibre dans les rapports de force lors des débats au sein des tables TLGIRT; l’existence d’une certaine collaboration verticale entre les différentes structures, les capacités d’expression et d’action des acteurs souvent suscitées par les instances supérieures. Au regard de ces constats, la conclusion de notre recherche statue que la CRÉ et sa Commission ne répondent que partiellement aux conditions d’une gouvernance hétérarchique. D’une manière générale, la forte empreinte du modèle de la démocratie représentative, en l’occurrence la lourde présence de l’État et l’insuffisance des ressources financières freinent l’autonomisation.

Type de document: Thèse (Mémoire)
Directeur de mémoire/thèse: Chiasson, Guy
Informations complémentaires: Localisation : Bibliothèque A.-Taché SD 568 Q8 K36 2014. Comprend des réf. bibliogr. : p. 119-135
Mots-clés libres: Forêts; Gestion; Aménagement du territoire; Politique forestière; Outaouais
Départements et école, unités de recherche et services: Sciences sociales
Date de dépôt: 07 avr. 2014 13:27
Dernière modification: 08 févr. 2017 19:29
URI: http://di.uqo.ca/id/eprint/680

Actions (Identification requise)

Dernière vérification avant le dépôt Dernière vérification avant le dépôt