Dépôt institutionnel de l'UQO
RECHERCHER

Étude de l'impact de la sévérité du trouble du spectre de l'autisme sur les comportements problématiques de l'enfant suite à l'attribution du chien d'assistance

Téléchargements

Téléchargements par mois depuis la dernière année

Plus de statistiques...

Moses Bélanger, Charlotte (2020). Étude de l'impact de la sévérité du trouble du spectre de l'autisme sur les comportements problématiques de l'enfant suite à l'attribution du chien d'assistance. Mémoire. Saint-Jérôme, Université du Québec en Outaouais, Département de psychoéducation et de psychologie, 150 p.

[thumbnail of Moses_Belanger_Charlotte_2020_memoire.pdf]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (4MB) | Prévisualisation

Résumé

L’entraînement et l’attribution de chiens d’assistance pour la clientèle qui présente un trouble du spectre de l’autisme (TSA) gagnent en popularité. En conséquence, les études des effets bénéfiques de la présence d’un chien d’assistance auprès des enfants vivant avec un TSA sont de plus en plus nombreuses. Les bienfaits documentés concernent tant les aspects physiologiques que comportementaux : diminution du stress chez l’enfant et son parent, amélioration du sommeil, développement du langage, augmentation des interactions sociales. Toutefois, les facteurs associés pouvant avoir un impact sur ces bienfaits sont peu explorés. Objectif : La présente étude vise à explorer l’effet de la sévérité du diagnostic de TSA sur les comportements problématiques des enfants âgés entre cinq et neuf ans, bénéficiant d’un chien d’assistance depuis trois mois. Méthode : Les parents de 91 enfants présentant un TSA ayant reçu un chien d’assistance de la Fondation Mira ont rempli un questionnaire comportant 13 domaines. Ce questionnaire a été rempli un mois avant et trois mois après l’attribution du chien d’assistance. Les résultats de ce questionnaire ont ensuite été étudiés en fonction de la sévérité du diagnostic de l’enfant selon deux groupes de sévérité, soit légèrement atteint (L) ou moyennement à sévèrement atteint (M–S) établi à l’aide de l’Échelle d’évaluation de l’autisme infantile (EEAI – Schopler et al., 1989). Résultats : Les résultats indiquent qu’il semble exister une différence entre les groupes suite à l’attribution du chien. De manière globale, les enfants qui présentent des symptômes plus sévères d’autisme semblent bénéficier davantage et de manière significative de la présence du chien d’assistance que les enfants plus légèrement atteints. Discussion : Cette étude se conclut en relevant les limites méthodologiques de l’étude, mais s’avance à formuler quelques recommandations quant à l’amélioration continue et le développement de meilleures pratiques dans le domaine encore novateur du chien d’assistance pour jeunes vivant avec un TSA. L’angle psychoéducatif est particulièrement pertinent dans ce contexte, puisque le chien d’assistance contribuerait au développement du plein potentiel de l’enfant en devenant un partenaire dans le vécu partagé de l’enfant et de sa famille.

Type de document: Thèse (Mémoire)
Directeur de mémoire/thèse: Normand, Claude L.
Mots-clés libres: Trouble du spectre de l’autisme; Chien d’assistance; Sévérité; Enfant; Comportement; Famille; Adaptation; Stress
Départements et école, unités de recherche et services: Psychoéducation
Date de dépôt: 30 avr. 2021 19:08
Dernière modification: 30 avr. 2021 19:08
URI: http://di.uqo.ca/id/eprint/1242

Actions (Identification requise)

Dernière vérification avant le dépôt Dernière vérification avant le dépôt