Dépôt institutionnel de l'UQO
RECHERCHER

Le stress perçu et la sécrétion de cortisol chez les mères suite à une interaction avec leur enfant : rôle de la maltraitance vécue durant l’enfance

Téléchargements

Téléchargements par mois depuis la dernière année

Plus de statistiques...

Valiquette, Joël (2021). Le stress perçu et la sécrétion de cortisol chez les mères suite à une interaction avec leur enfant : rôle de la maltraitance vécue durant l’enfance. Essai. Gatineau, Université du Québec en Outaouais, Département de psychoéducation et de psychologie, 72 p.

[thumbnail of Valiquette_Joelle_2021_essai_doctoral.pdf]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (584kB) | Prévisualisation

Résumé

La maltraitance a des conséquences sérieuses sur la trajectoire d’un enfant qui peuvent perdurer à l’âge adulte. Par exemple, elle peut perturber l’axe hypothalamo-pituito-surrénalien et altérer la façon dont le cerveau perçoit les agents stressants et y répond (Frodl & O'Keane, 2013). C’est également un facteur de risque pour la perception d’un plus grand stress en lien avec le rôle parental (Steele et al., 2016). En dépit de ces connaissances, les effets de l’histoire de maltraitance sur les réponses au stress des parents suite à une exposition à leur enfant ont peu été étudiés. L’objectif de cette étude est donc, dans un premier temps, d’examiner le rôle prédictif de l’histoire de maltraitance et du stress parental rapportés par les mères sur leurs réponses au stress à la suite d’une interaction avec leur enfant. Dans un deuxième temps, l’étude a pour but d’investiguer l’effet modérateur de la sévérité de la maltraitance vécue par les mères durant leur enfance sur le lien entre le stress physiologique et le stress subjectif associés à l’interaction parent-enfant. Soixante mères et leur enfant de 2 à 5 ans ont été recrutés dans les centres communautaires de la région de l’Outaouais, via la page Facebook du laboratoire Ricochet et à l’aide d’affiches installées à l’Université du Québec en Outaouais. Trois mesures de cortisol salivaire et de stress subjectif ont été prises lors de la rencontre avec les participantes, soit une mesure de base une quinzaine de minutes après l’arrivée de celles-ci, une mesure avant l'interaction mère-enfant et une dernière mesure après l’interaction mère-enfant. Des mesures concernant l'historique de maltraitance (Childhood trauma questionnaire) et le stress parental (Indice de stress parental) ont également été récoltées. Les résultats révèlent un rôle modérateur de la sévérité de la maltraitance vécue par les mères sur le lien entre le stress physiologique et le stress subjectif associés à une interaction avec leur enfant. Les mères ayant vécu de la maltraitance sévère durant l’enfance se distinguent des autres mères de l’échantillon. En effet, plus elles se disent stressées suite à l’interaction avec leur enfant, moins leur niveau de cortisol est élevé, comme si leur système physiologique n’arrivait pas à mobiliser les énergies nécessaires pour faire face à la situation stressante.

Type de document: Thèse (Essai)
Directeur de mémoire/thèse: Bérubé, Annie
Mots-clés libres: Maltraitance; Stress parental; Réponse au stress subjective; Réponse au stress physiologique; Interaction mère-enfant
Départements et école, unités de recherche et services: Psychologie
Date de dépôt: 05 août 2021 15:22
Dernière modification: 05 août 2021 15:22
URI: http://di.uqo.ca/id/eprint/1295

Actions (Identification requise)

Dernière vérification avant le dépôt Dernière vérification avant le dépôt