Dépôt institutionnel de l'UQO
RECHERCHER

Étude exploratoire sur la perception de la charge mentale chez des mères et des pères et le lien avec leur expérience parentale

Téléchargements

Téléchargements par mois depuis la dernière année

Plus de statistiques...

Beauchemin-Labonté, Émilie (2021). Étude exploratoire sur la perception de la charge mentale chez des mères et des pères et le lien avec leur expérience parentale. Mémoire. Saint-Jérôme, Université du Québec en Outaouais, Département de psychoéducation et de psychologie, 83 p.

[thumbnail of Beauchemin-Labonte_Emilie_2021_memoire.pdf]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (852kB) | Prévisualisation

Résumé

Depuis les dernières années, la parentalité est en perpétuel changement. Plusieurs facteurs influencent la représentation des fonctions et du rôle de parent. D’ailleurs, certaines politiques, mesures sociales et nouvelles valeurs sociétales ont modifié ce qu’est la parentalité d’aujourd’hui, notamment, avec l’arrivée des femmes sur le marché du travail (Barry Gosselin, 1975; Bédard et Grignon, 2000). Cette place des femmes sur le marché du travail a provoqué des réflexions sur celle prise par les pères dans la sphère privée de la famille. De nouvelles mesures sociales ont été instaurées pour favoriser l’implication paternelle. (Boulet et Le Bourdais, 2017; Pacaut et al., 2011; St-Denis et St-Amand, 2010). Les écrits recensés sur la parentalité montrent que malgré une augmentation de l’engagement des pères dans les soins et l’éducation des enfants ainsi que dans les tâches domestiques, les mères continuent d’assumer davantage ces responsabilités (Boulet et Le Bourdais, 2017; Lamalice et Charron, 2015). On observe également une inégalité qui semble toujours présente, soit celle de la charge mentale. La présente étude s’intéresse à ce concept plus récent. L’Office québécois de la langue française (2018) définit la charge mentale comme étant une « sollicitation constante des capacités cognitives et émotionnelles d’une personne, liée à la planification, à la gestion et à l’exécution d’une tâche ou d’un ensemble de tâches ».
À la lumière des informations recueillies sur la problématique, des théories recensées sur les concepts de la charge mentale ainsi que de la parentalité, l’objectif de cette recherche est de mieux comprendre comment la charge mentale façonne l’expérience des mères et des pères. Plus particulièrement, j’examinerai les influences de la charge mentale avec les différentes sphères de vie parentale ainsi que les facteurs qui l’influencent. Pour atteindre ces objectifs, l’étude adopte une approche descriptive et utilise un devis mixte puisque cette méthode permet de présenter les relations entre les concepts étudiés sans assumer de relations de cause à effet (Bouchard et Cyr, 2011). Dans le cadre de cette recherche, sept familles (pères et mères), ayant des enfants âgés entre deux et quatre ans, ont été rencontrées individuellement en entrevue. Les parents ont également rempli cinq questionnaires portant principalement sur l’expérience parentale. Plus spécifiquement, ces derniers ont complété un questionnaire sur leurs renseignements sociodémographiques, le « Questionnaire d’auto-évaluation de la compétence parentale » traduit par Terrisse et Trudelle (1988), le questionnaire sur la « Participation aux différentes tâches familiales » adapté par Tessier (1983, cité par Côté & Chamberland, 1991), le questionnaire sur les « Attitudes à l’égard de l’engagement paternel » de Beitel et Parke (1998) et finalement, « l’Indice de stress parental-4 » d’Abidin (1990, cité par Bigras et al., 1996). Les données qualitatives recueillis ont été analysées par questionnement analytique et les données quantitatives ont fait l’objet de statistiques descriptives de tendance centrale de type moyenne. Les principaux résultats font ressortir que, du point de vue des parents, la charge mentale est associée à un sentiment d’efficacité variable en fonction des tâches familiales à accomplir et du rôle parental exercé. Selon les participants, la charge mentale aide à être plus efficace sur le plan de l’organisation alors qu’une lourde charge mentale semble réduire le sentiment d’efficacité en présence des enfants, car possiblement le parent concerné est moins disponible psychologiquement durant le moment présent. De plus, les résultats font également ressortir un élément qui semble avoir un grand impact sur le poids de la charge mentale, c’est-à-dire la gymnastique organisationnelle que certains parents s’imposent. Plusieurs autres résultats pertinents sont relevés afin de mieux comprendre la réalité vécue par ces familles telles que la capacité de lâcher prise et la relation avec le stress ou encore la communication au sein des couples.
Ces résultats sont discutés dans une perspective systémique de la famille qui considère la réalité vécue par chacun des parents. L’inclusion des mères et des pères a permis d’obtenir un regard sur les sous-systèmes conjugal et coparental. De plus, la perspective écosystémique a également permis de prendre en considération le plus de caractéristiques possibles de l’environnement des participants allant de l’ontosystème au chronosystème et ainsi de pouvoir répondre aux objectifs de cette étude. Grâce à ces approches, les résultats ont donné un éclairage sur les impacts possibles auprès du parent concerné, auprès de son couple ainsi que dans sa relation avec ses enfants.

Type de document: Thèse (Mémoire)
Directeur de mémoire/thèse: Dubeau, Diane
Mots-clés libres: Charge mentale; Parentalité; Partage des tâches domestiques; Mères/pères
Départements et école, unités de recherche et services: Psychoéducation
Date de dépôt: 27 août 2021 15:17
Dernière modification: 27 août 2021 15:17
URI: http://di.uqo.ca/id/eprint/1307

Actions (Identification requise)

Dernière vérification avant le dépôt Dernière vérification avant le dépôt