Dépôt institutionnel de l'UQO
RECHERCHER

La travailleuse sociale face à l’épreuve du travail : du mythe aux tensions individuelles

Téléchargements

Téléchargements par mois depuis la dernière année

Plus de statistiques...

Champagne, Amélie (2020). La travailleuse sociale face à l’épreuve du travail : du mythe aux tensions individuelles. Thèse. Gatineau, Université du Québec en Outaouais, Département des sciences sociales, 360 p.

[thumbnail of Champagne_Amelie_2020_these.pdf]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (28MB) | Prévisualisation

Résumé

Cette thèse émane d’une préoccupation marquée pour les problèmes de santé mentale au travail chez les travailleuses sociales québécoises qui travaillent dans le réseau de la santé et des services sociaux. Il semble en effet que ces travailleuses présentent un risque élevé de détresse psychologique et d’épuisement professionnel. La situation se complexifie lorsque l’on ajoute à cette problématique l’idée selon laquelle les nouvelles dynamiques sociales contemporaines sont caractérisées par la montée d’un individualisme institutionnel, celui-ci enjoignant l’individu à se constituer comme tel. L’injonction faite aux individus de devenir maîtres d’eux-mêmes et d’être responsables de leurs actes de même que de leurs conséquences peut alors participer à l’établissement d’une dynamique de culpabilisation fragilisante en ce qui concerne la santé mentale au travail. L’objectif de la thèse est de comprendre comment, dans un tel contexte, les travailleuses sociales parviennent à demeurer en emploi en sauvegardant leur santé mentale au travail.

Par l’utilisation d’un cadre conceptuel inspiré de la sociologie de l’individu de Martuccelli, la thèse pose le regard sur le processus d’individuation de la travailleuse sociale en détaillant ce que représente l’épreuve du travail pour elle et les supports qui lui permettent d’y faire face. La sociologie de l’individu, qui attribue un rôle analytique aux expériences individuelles, a été mobilisée afin d’explorer la réalité vécue de 7 travailleuses sociales à l’emploi du réseau de la santé et des services sociaux de diverses régions du Québec. Les 2 entretiens compréhensifs semi-dirigés qui ont eu lieu, avec chaque participante, ont été enrichis d’une activité photographique réflexive de type photovoice où les participantes ont eu à produire un narratif visuel, en plus du narratif discursif traditionnel, qu’implique l’entretien compréhensif. L’interprétation des narratifs visuels à l’aide d’une analyse symbolique et idéographique et l’utilisation de l’étiquetage et du codage ouvert pour les matériaux visuels et discursifs a permis la création de cartes idéographiques et la rédaction de portraits individuels.

En résumé, ce parcours de recherche-création dévoile ce que faire face à l’épreuve signifie pour les travailleuses. Elle propose également un premier tracé de ce que représentent les contours de l’épreuve du travail dans le cas spécifique des travailleuses sociales et en propose la problématisation par le biais d’une vision mythique du travail social. Elle présente également les principaux supports des travailleuses qui leur permettent de demeurer dans la profession en sauvegardant leur santé mentale en fonction des différents régimes de réalité que celles-ci mobilisent.

Type de document: Thèse (Thèse)
Directeur de mémoire/thèse: Malenfant, Romaine
Mots-clés libres: Travail social; Santé mentale au travail; Sociologie de l’individu; Épreuve; Méthodes qualitatives; Recherche-création; Photovoice
Départements et école, unités de recherche et services: Sciences sociales
Date de dépôt: 04 mai 2021 12:39
Dernière modification: 04 mai 2021 14:17
URI: http://di.uqo.ca/id/eprint/1250

Actions (Identification requise)

Dernière vérification avant le dépôt Dernière vérification avant le dépôt