Dépôt institutionnel de l'UQO
RECHERCHER

Un aidant si proche : effets perçus de groupes de soutien basé sur l’aide mutuelle sur le bien-être de proches aidants impliqués auprès de personnes vivant avec un problème de santé mentale

Téléchargements

Téléchargements par mois depuis la dernière année

Plus de statistiques...

Lardon, Yves (2020). Un aidant si proche : effets perçus de groupes de soutien basé sur l’aide mutuelle sur le bien-être de proches aidants impliqués auprès de personnes vivant avec un problème de santé mentale. Mémoire. Saint-Jérôme, Université du Québec en Outaouais, Département de travail social, 163 p.

[thumbnail of Lardon_Yves_2020_memoire.pdf]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (1MB) | Prévisualisation

Résumé

Depuis plus d’un demi-siècle, la famille a joué un rôle fondamental dans la réinsertion, l’intégration et la participation sociale des personnes ayant un problème de santé mentale. Le transfert des responsabilités de l’État dans le champ de la santé mentale a alourdi le fardeau des familles, et souvent bouleversé les habitudes de travail et les relations sociales, familiale en tant que conjoint ou parent.
Les stratégies de soutien aux proches aidants en santé mentale sont peu documentées. Néanmoins, les groupes de soutien basé sur l’aide mutuelle pour proches aidants de personnes vieillissantes ont fait l’objet de quelques études en Europe et en Amérique du Nord. En nous appuyant sur ces études, sur l’expérience des organismes de soutien aux familles du Québec et sur l’expérience de l’étudiant chercheur comme animateur de groupe de soutien. Nous avons fait la proposition hypothétique que les groupes de soutien basé sur l’aide mutuelle pouvaient avoir un effet sur la qualité de vie et le bien-être des proches aidants ainsi que sur leur travail d’aidance auprès d’une personne ayant un problème de santé mentale. L’objectif général de cette recherche est de décrire les effets des groupes de soutien basé sur l’aide mutuelle ouverts sur le sentiment de bien-être de la personne aidante significativement impliquée auprès d’un proche vivant avec un problème de santé mentale. Trois objectifs spécifiques encadrent : 1) Explorer les effets du groupe sur le vécu émotionnel des personnes proches aidantes impliquées dans des groupes de soutien basé sur l’aide mutuelle pour proches aidants; 2) Identifier les types d’apprentissages coopérants qui ont permis aux personnes aidantes de mieux s’adapter aux exigences de leur travail quotidien d’aidance et 3) Cerner les changements ressentis par les participants sur leur sentiment de bien-être après avoir participé à un groupe.
Sur le plan conceptuel et analytique, nous avons mobilisé l’éthique du care ainsi que le concept d’aide mutuelle pour analyser l’environnement d’intervention plus spécifiquement et le concept de bien-être. Sur le plan méthodologique, nous nous sommes dirigés vers une recherche qualitative, considérant que nous souhaitions avoir une compréhension du phénomène étudié à partir du point de vue des personnes qui sont concernées. Nous avons considéré que les proches aidants sont les meilleurs informateurs concernant la réalité sociale et l’expérience vécue dans les groupes de soutien basé sur l’aide mutuelle
Les résultats montrent, dans un premier temps, que les groupes de soutien basé sur l’aide mutuelle contribuent à apaiser la surcharge émotionnelle vécue dans le rôle de proche aidant, en raison notamment des dynamiques d’entraide entre les membres des groupes ainsi que la collectivisation des expériences. Dans un deuxième temps, les participants à la recherche relèvent les bénéfices cognitifs qu’ils retirent par le biais du partage du savoir expérientiel dans un groupe de soutien basé sur l’aide mutuelle. Ces apprentissages coopérants ainsi que les effets du groupe sur la souffrance contribuent à leur donner un sentiment de mieux-être, voire de bien-être dans leur rôle d’aidant, malgré les défis relevés. Il est également important de reconnaître et de valoriser le travail du care qu’implique la proche aidance, ainsi que l’importance du proche aidant dans le processus de traitement et de rétablissement de la personne vivant avec un problème de santé mentale. À l’issue de l’analyse, cette recherche réaffirme l’importance de soutenir la famille des personnes ayant des problèmes de santé mentale et les personnes proches aidantes.

Type de document: Thèse (Mémoire)
Directeur de mémoire/thèse: Marchand, Isabelle
Départements et école, unités de recherche et services: Travail social
Date de dépôt: 14 févr. 2022 18:18
Dernière modification: 14 févr. 2022 19:00
URI: https://di.uqo.ca/id/eprint/1340

Actions (Identification requise)

Dernière vérification avant le dépôt Dernière vérification avant le dépôt