Dépôt institutionnel de l'UQO
RECHERCHER

Interrelations entre le stress, la performance au travail et la motivation : une étude quasi-expérimentale

Téléchargements

Téléchargements par mois depuis la dernière année

Plus de statistiques...

Turgeon, Alexandra (2022). Interrelations entre le stress, la performance au travail et la motivation : une étude quasi-expérimentale. Essai. Gatineau, Université du Québec en Outaouais, Département de psychoéducation et de psychologie, 133 p.

[thumbnail of Turgeon_Alexandra_2022_essai_doctoral.pdf]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (5MB) | Prévisualisation

Résumé

La performance au travail est depuis plusieurs décennies un sujet au coeur des préoccupations organisationnelles. La concurrence étant très forte, les employés se retrouvent face à un niveau de stress élevé (Mahieu, 2007). La littérature portant sur la relation entre le stress et la performance permet de répertorier cinq hypothèses relationnelles : la relation curvilinéaire inversée et directe, la relation linéaire positive et négative et l’absence de relation (Campbell, 2018). Objectif : Avec l’ambition de vérifier la nature de la relation entre le stress et la performance, de la nature de la relation entre le stress et la motivation, et la relation entre la performance et la motivation, l’objectif principal de ce projet de recherche est de vérifier quelle est l’influence de la motivation (variable modératrice) sur la dynamique relationnelle liant le stress et la performance au travail. Méthode: La présente étude inclut les données de 24 participants recrutés à partir d’informations affichées à l’Université du Québec en Outaouais, des réseaux sociaux (Facebook) et du bouche-àoreille. La tâche standardisée du Trier Social Stress Test de groupe (TSST-G) a été utilisée afin d’induire un niveau de stress psychosocial (Henze et al., 2017). Les participants ont été invités à participer à un TSST-G induisant un stress modéré (condition 1) et un TSST contrôle (TSST-C) (condition 2) où il n’y avait pas de stress induit. Le stress a été mesuré à l’aide du cortisol salivaire et d’un questionnaire autorapporté, soit l’Inventaire d’Anxiété Situationnelle et de Trait d’Anxiété (IASTA-Y), comme mesure complémentaire. La motivation quant à elle a été mesurée à l’aide de l’Échelle de mesure de la motivation situationnelle de Guay, Vallerand et Blanchard (2000) et la performance a été estimée avec un test d’habiletés cognitives appliquées au travail, soit le TH-CAT-VC. Résultats : La présente étude ne permet pas de conclure à une relation quelconque entre la motivation et la performance, ni entre la motivation et le stress dans un contexte de travail. Il est également impossible de conclure que la motivation modère la relation entre le stress et la performance. De plus, les résultats ne permettent pas d’identifier une relation linéaire négative entre le stress et la performance. Le nombre limité de participants ayant participé à l’étude et donc la faible puissance statistique pourrait expliquer ce résultat. Ceci étant dit, et après avoir complétés des analyses exploratoires complémentaires (a posteriori) visant à approfondir les raisons qui sous-tendent l’absence d’association entre le stress et la performance au travail, les résultats ont suggérés qu’il existe possiblement une polymorphie de la relation entre ces variables. En effet, deux groupes distincts ont été identifiés suite aux conditions expérimentales, soit : un groupe plus performant en situation de stress et un groupe moins performant en situation de stress. Conclusion : La présente étude est l’une des premières à s’intéresser à la motivation comme variable modératrice entre le stress et la performance dans un contexte de travail. Le stress semble avoir un impact négatif chez certains individus alors que pour d’autres l’impact est positif. La motivation (variable modératrice) ne semble pas expliquer cette différence. Il serait intéressant, dans des études futures, de vérifier d’autres variables modératrices pouvant possiblement expliquer ces résultats. Cette étude permet de conclure que le stress a un impact réel sur beaucoup de gestionnaires et qu’il serait judicieux d’en tenir compte.

Type de document: Thèse (Essai)
Directeur de mémoire/thèse: Gosselin, Éric
Mots-clés libres: Motivation; Stress; Performance; Milieu de travail; Organisations; Trier Social Stress Test – groups (TSST-G); TH-CAT-VC
Départements et école, unités de recherche et services: Psychologie
Date de dépôt: 18 août 2022 17:08
Dernière modification: 18 août 2022 17:10
URI: https://di.uqo.ca/id/eprint/1398

Actions (Identification requise)

Dernière vérification avant le dépôt Dernière vérification avant le dépôt