Dépôt institutionnel de l'UQO
RECHERCHER

Les barrières au traitement perçues par les patients présentant un TAG après avoir reçu une thérapie cognitive comportementale en face à face par rapport à la visioconférence

Téléchargements

Téléchargements par mois depuis la dernière année

Plus de statistiques...

St-Onge, Audrée (2022). Les barrières au traitement perçues par les patients présentant un TAG après avoir reçu une thérapie cognitive comportementale en face à face par rapport à la visioconférence. Essai. Gatineau, Université du Québec en Outaouais, Département de psychoéducation et de psychologie, 84 p.

[thumbnail of St-Onge_Audree_2022_essai_doctoral.pdf]
Prévisualisation
PDF
Télécharger (1MB) | Prévisualisation

Résumé

Introduction. La télépsychothérapie permet d'augmenter l'accès aux traitements validés empiriquement tout en contournant les contraintes géographiques. L’efficacité de l'utilisation des technologies de vidéoconférence (VC) comme outil de traitement a été démontrée, notamment en ce qui concerne la thérapie cognitive et comportementale (TCC) utilisée auprès d’une clientèle présentant une diversité de troubles anxieux. Des données qualitatives tirées des études antérieures ont suggéré que la perception des patient.e.s de barrières à la télépsychothérapie pouvait faire obstacle à l’accessibilité du traitement. Afin de favoriser l'implantation à grande échelle de l'utilisation de la technologie de VC dans le traitement du trouble d’anxiété généralisée (TAG), le présent projet de recherche prend la forme d’une étude exploratoire visant à documenter ainsi qu’à étudier de façon quantitative les différentes barrières au traitement pouvant être perçues par les patient.e.s. Méthode. L'étude dans laquelle s’inscrit ce projet d'essai doctoral est un essai randomisé multisite de grande envergure évaluant l'efficacité de la TCC pour le TAG lorsqu'offerte en face à face (FF) ou par VC. Un total de 104 participant.e.s âgé.e.s entre 18 et 65 ans, présentant un diagnostic primaire de TAG selon les critères du DSM-5 et situé.e.s dans cinq grands centres urbains ont été inclus.es dans cette étude. Les participant.e.s étaient attribué.e.s aléatoirement à l'une des deux conditions (FF = 55; VC = 49) et ont participé à 15 séances individuelles et hebdomadaires de TCC se déroulant selon un manuel de traitement standardisé et validé pour le TAG. Dans le but d'évaluer les perceptions des patient.e.s, trois échelles tirées des questionnaires validés de Lingley-Pottie et McGrath (2011) et Kazin et al. (1997) évaluant les barrières relationnelles et logistiques ont été complétées par les participant.e.s à la suite du traitement. Ces échelles abordent trois thèmes : (a) le jugement du thérapeute; (b) l’accessibilité et commodité; et (c) les facteurs de stress et obstacles au traitement. Résultats. Les résultats des analyses de comparaison des moyennes n'ont relevé aucune différence statistiquement significative entre les groupes tant pour les barrières relationnelles que logistiques. De plus, le niveau moyen de barrières au traitement rapporté était peu élevé chez les participant.e.s des deux conditions. Les corrélations de Spearman n’ont pas révélé d’associations significatives entre les scores aux échelles de barrières et les scores des mesures de sévérité du TAG et de l’humeur dépressive. De plus, les résultats indiquent que les barrières relationnelles et logistiques sont corrélées négativement à plusieurs composantes de la qualité de l’alliance thérapeutique. Le niveau barrières au traitement perçues par les participant.e.s n’était pas significativement corrélé avec les scores d’intolérance à l’incertitude et de motivation initiale envers le traitement. Discussion. Cette étude suggère que les patient.e.s présentant un TAG ne perçoivent pas significativement plus de barrières lorsqu’ils bénéficient du traitement en VC en comparaison avec le format en face à face. Certaines barrières semblent liées à l’alliance thérapeutique et peuvent mériter une attention particulière de la part des thérapeutes en début de psychothérapie. Conclusion. La télépsychothérapie semble être une solution très prometteuse permettant d'accéder aux services de santé mentale offerts par des professionnels qualifiés.

Type de document: Thèse (Essai)
Directeur de mémoire/thèse: Bouchard, Stéphane
Mots-clés libres: Trouble d’anxiété généralisée; Thérapie cognitive comportementale; Télépsychothérapie; Vidéoconférence; Télépsychologie; Barrières au traitement
Départements et école, unités de recherche et services: Psychologie
Date de dépôt: 26 sept. 2022 18:07
Dernière modification: 26 sept. 2022 18:07
URI: https://di.uqo.ca/id/eprint/1430

Actions (Identification requise)

Dernière vérification avant le dépôt Dernière vérification avant le dépôt